Présentation du CREA EA 370

Le CREA (EA 370) poursuit un projet de recherche du monde anglophone, envisagé comme une aire linguistique et culturelle. Ce projet s’organise autour des objets qui sont constitutifs du champ des études anglaises et américaines : littératures, faits et pratiques culturels, arts, institutions politiques, dynamiques sociales. La recherche porte sur les manifestations contemporaines et le devenir de l’aire anglophone. Elle porte aussi, de manière stratégique, sur l’étude historique de cette aire, sur son émergence, contemporaine des étapes d’une « modernité », envisagée comme une époque dans l’histoire du monde. Cette recherche comprend nécessairement l’étude scientifique de la langue anglaise, dont les mutations sont à mettre en relation avec la dynamique d’ensemble qu’il s’agit d’étudier : le monde anglophone comme un fait social et symbolique.

Le CREA a pour politique d’appuyer les projets de recherche de ses plus de soixante-dix membres. Le centre accompagne plus particulièrement les initiatives de ses jeunes chercheuses et chercheurs : cela relève d’un postulat concernant l’état actuel des recherches dans le champ qui est le nôtre, que les objets et méthodes de recherche sont en train de changer et de s’ouvrir, que l’apport du CREA, à travers l’articulation entre ses différents axes, est potentiellement très fécond, à vrai dire nécessaire.

Cette orientation vers l’avenir et le renouveau de la recherche se traduit aussi par l’accompagnement des projets des doctorants qui sont encadrés par les directrices et directeurs de recherche du CREA.

Le CREA est doté d’une direction, en charge du suivi des affaires du laboratoire, et d’un conseil qui examine les demandes de financement et le programme scientifique des projets soumis. Ces projets peuvent être collectifs (colloques, journées d’études, séminaires) ou individuels (publication, séjour de recherche). Les doctorants encadrés par le CREA, en collaboration avec l’Ecole doctorale LLS, sont représentés au sein du conseil.

Le CREA fait résolument le pari des collaborations scientifiques et de l’ouverture hors d’une stricte définition d’un champ « disciplinaire » : avec d’autres groupes de recherche à l’université Paris Nanterre, avec les EA de l’université Paris 8, au sein de la COMUE « Paris Lumières », notamment l’EA 1569 et l’UMR LEGGS, sur les questions de genre ; avec les autres universités franciliennes et en France. S’agissant des collaborations internationales, cela se traduit par l’encouragement aux membres du CREA, notamment aux jeunes chercheuses et chercheurs, à penser leur parcours de recherche dans un contexte de collaborations scientifiques « larges ». A cet égard, le CREA bénéficie d’un appui administratif qui a pour objet d’encourager la prise d’initiative dans la recherche.

Les différents axes de recherche, le programme des différents groupes de recherche du CREA, témoignent de ce dynamisme, à la fois collectif et individuel. Cette dimension répond aux enjeux et défis de notre monde : suspendre le jugement, interroger, connaître, prendre la mesure des faits sociaux et des faits de langue, des formes esthétiques et poétiques. Cette recherche fonde et conditionne la mission de formation de l’université, à travers les filières en licence ou en master où interviennent les membres du CREA, au sein de l’UFR LCE et dans d’autres filières de l’université. À travers le Master 2 Recherche « Le monde anglophone », la formation peut conduire à un projet doctoral. À travers les différents Masters professionnel (traduction spécialisée, échanges interculturels), ainsi qu’à travers la préparation aux concours de l’enseignement (CAPES/MEEF et agrégation), le projet de recherche s’inscrit dans les missions de l’université.

Mis à jour le 09 octobre 2017