Projet transversal Les Nords

Cadrage et ambitions du projet

À travers ce projet transversal, les membres du CREA se proposent d’interroger les dynamiques nord-sud en étudiant les rapports qu’entretiennent ces deux pôles dans différentes aires géographiques du monde anglophone avec des enjeux historiques, linguistiques, culturels, identitaires, artistiques et littéraires variés.

Ce projet se fonde sur le constat socio-phonologique établi par deux des instigateurs du projet : malgré les phénomènes de nivellement (perte des différences entre accents) et de standardisation qui sont à l’œuvre dans de nombreuses sociétés occidentales, notamment en contexte urbain, certaines identités linguistiques locales résistent. Dans le contexte spécifique de l’Angleterre, les variétés du nord opposent un modèle différent de celui du sud de l’Angleterre, et en particulier de Londres. Aux États-Unis, il y a également une polarisation des accents entre le nord, caractérisé par le Northern Cities Shift et donc des voyelles différentes, le nord-est non-rhotique (où les <r> en fin de syllabe ne se prononcent pas contrairement à ce qui se passe sur la très grande majorité du territoire) avec Boston et New York comme figures de proue, et les états sudistes (Texas, Louisiane, Mississippi, Géorgie etc.) caractérisés par le Southern Shift et donc des voyelles encore différentes et une rhoticité variable mais bien distincte de la non-rhoticité des variétés du nord-est. Enfin, en Nouvelle-Zélande, pour prendre un dernier exemple, qui est un territoire divisé entre une île du nord et une île du sud, le nord représente la norme de prononciation tandis que l’extrême sud, colonisé principalement par des colons écossais, revendique une identité distincte, à commencer par sa rhoticité.

Plus largement, les variétés de l’hémisphère nord et les variétés de l’hémisphère sud, comme l’anglais néo-zélandais, australien et sud-africain notamment, sont très régulièrement opposées, à commencer dans leur développement historique puisque dans ces dernières l’anglais s’est implanté et développé beaucoup plus récemment, soit au XIXe siècle, contrairement à ce qui s’est passé pour le nord de l’Angleterre, l’Ecosse et l’Amérique du Nord.

Le thème du nord/des nords permet de remettre en question les notions de centre géographique et culturel et la notion même de lieu, d’ancrage (sense of place, sense of space). À la norme géographique s’associe souvent la norme sociale : on examinera donc le problème des périphéries sociales, dialectales, culturelles.

Par ailleurs, la question du nord renvoie à celle, cruciale, de frontière : le nord s’opposant au « Grand Nord », aux frontières de l’habitat humain, à celles de la « civilisation » (le limes de l’Empire Romain). Dans ce contexte complexe, quelles représentations et auto-représentations du/des nords dans les cultures anglophones et au-delà ?

Cette problématique se décline à différentes échelles : le « nord », à l’échelle globale, s’opposant au « sud », est synonyme de développement, d’occident (il sera à cet égard intéressant d’examiner les implicites idéologiques et culturels regroupant « nord » et « ouest/occident »). Au niveau local, comme périphérie d’espaces plus limités, il s’agira par exemple de se pencher sur des territoires spécifiques : nord de l’Angleterre, Irlande du nord vs. République d’Irlande, extrême nord des États-Unis/Canada.

Enfin, on examinera les représentations mythiques du Nord/des nords, et les relations des individus/sujets/auteurs à ce qu’ils considèrent comme le nord : entre autonomie/antinomie, indépendances, loyautés et méfiances, dans quelle mesure la notion de nords/Nord contribue-t-elle à la construction et à l’identification des individus ancrés géographiquement et sociologiquement ?

Les membres du CREA peuvent travailler ensemble à la mise au jour des facteurs historiques, sociaux et culturels à l’origine de ces différentes identités de nords et de suds en partageant leurs compétences, que ce soit dans l’analyse des caractéristiques linguistiques des variétés d’anglais parlées dans ces différentes aires géographiques, dans la représentation qui est faite des locuteurs des nords et des suds dans les ouvrages, les séries, les films ou toutes autres productions culturelles et artistiques, ainsi que dans l’analyse des fractures nord-sud liées à des décisions politiques et à des événements historiques et sociaux variés.

Voici une liste non-exhaustive des thématiques pouvant être abordées :
- La représentation stylistique des identités nordiques, notamment dialectales, dans la littérature et les productions audio-visuelles (films et séries télévisées notamment) ;
- La fracture nord industriel et minier vs. sud en Angleterre
- La fracture nord pro-abolition vs. sud rural et ségrégué aux Etats-Unis
- La fracture Irlande du nord vs. République d’Irlande
- L’orientalisme et sa représentation de l’altérité en littérature et dans les arts
- Impérialisme et post-impérialisme
- La tectonique des plaques linguistiques nord-sud dans le monde anglophone : variétés du cercle intérieur et du cercle extérieur
- L’identité linguistique afro-américaine aux États-Unis : à l’intersection du nord et du sud ?
- Les identités nordiques à la lumière d’analyses sociophonologiques et sociophonétiques

Les membres du CREA pourront donc, grâce à cette large question, travailler de manière transversale par aires géographiques (Angleterre, Ecosse, Irlande, Amérique du Nord, Asie, Afrique, Hémisphère sud, Océanie) pour étudier l’origine des fractures nord-sud ou les identités locales de manière multidimensionnelle. Qui plus est, ces collaborations pourront donner lieu à la création de cours transversaux, pensés entre spécialistes de différents domaines (linguistique, littérature, histoire et cultures) sur des supports communs permettant aux étudiants d’être sensibilisés à ces nords et à ces suds anglophones, dans un souci de cohérence dans la découverte qui est proposée aux étudiants de l’histoire et de l’évolution du monde anglophone dans l’ensemble de ses aspects socioculturels.



Premières réalisations

Séminaire collectif du CREA « Identités nordiques & diffusion de l’anglais : enjeux historiques & sociophonologiques » - 19/02/2018
https://crea.parisnanterre.fr/seminaire-collectif-du-crea-hugo-chatellier-et-cecile-viollain-811713.kjsp?RH=1455273055373

Journée d'études « La carte & le territoire : la construction des espaces dans les séries » - 15/06/2018
Organisée par Flore Coulouma & Alexis Pichard

Numéro spécial TV series n°16 « Séries & espaces »
https://journals.openedition.org/tvseries/2723
Cécile Viollain & Hugo Chatellier, « Game of Phones: the phonology of the northern, the southern and the foreign in Game of Thrones »

Journée d'études jeunes chercheurs “Re-thinking the history of the rust belt since 1945”
coorganisé pour le CREA par Gregory Bekhtari
https://crea.parisnanterre.fr/journee-d-etude-jeunes-chercheur-e-s-rethinking-the-history-of-the-rust-belt-since-1945--877665.kjsp?RH=1455272945096

Mis à jour le 20 décembre 2018