Literature Matters

Literature Matters vise à fédérer les chercheurs en littérature anglophone moderne et contemporaine autour d’une interrogation sur la place et le rôle de la littérature dans les sociétés anglophones des XIXe au XXIe siècles. Ce groupe cherche à suivre mais aussi à participer à la littérature en train de se faire, tout en inscrivant cette création dans l’histoire des courants esthétiques plus anciens. Il s’agit, à partir des questions actuelles, d’en esquisser l’archéologie, afin de mieux saisir la nature et la portée des changements qui en altèrent les pratiques et l’expérience. Nous nous interesserons aux profondes mutations des lieux et des formes de l’expérience poétique, narrative et fictionnelle dans le monde contemporain, et de la place accordée à la littérature contemporaine dans la Cité.


Dans les cinq années à venir, nous chercherons à cartographier la diversité des lieux de la création littéraire contemporaine, selon quatre axes principaux : 
  • La matérialité littéraire. Les développements technologiques et communicationnels actuels ont vu émerger deux tendances apparemment contradictoires que nous tâcherons d'étudier ensemble : d’une part, la dématérialisation de la littérature et la naissance de la littérature numérique, et d’autre part l’intérêt pour l’objet livre, pour la matérialité de la page et du mot dans l’art contemporain. 
  • Le devenir-événement de la littérature. Ce volet s’interrogera sur ce qu’il en est des pratiques de la lecture en s’intéressant aux performances de la littérature contemporaine (la performance, mais aussi les lectures publiques, soirées littéraires, événements de lecture dans les musées et espaces d'art etc., qui commence à être les lieux où/pour lesquelles on écrit). 
  • Littérature et sciences sociales. Quels rapports entretient la littérature avec d’autres disciplines qui tentent de rendre compte du réel ? Ce volet s’intéressera aux anciennes comme aux nouvelles formes du réalisme littéraire qui cherchent à brouiller les frontières entre littérature et témoignage, littérature et reportage, littérature et histoire. Les enjeux épistémologiques, éthiques et politiques seront ainsi interrogés. 
  • Littérature et crises. La littérature s’empare de et se réinvente au sein des crises sociales contemporaines (migrations, guerres, émeutes, inégalités, écologie, les mouvements sociaux liées au questions de genre [cf. "Me Too"…], de race [cf. "Black Lives Matter"] et de classe [c.f. "Occupy Wall Street"]). Ce volet s’attachera à mettre en rapport les pratiques littéraires qui y émergent avec celles qui ont jalonné l’histoire littéraire particulièrement traumatique du XXe siècle. 
Partant d'une volonté de renouveler les cadres et les méthodes de la recherche sur la littérature au sein de l'université, les manifestations, les publications et les interventions, auront pour principe la confrontation de critiques universitaires avec les écrivains, les artistes et les divers publics extra-universitaires qui font usage de la littérature et de l’art anglophones.

 

Literature Matters soutient le Mansfield Prize, prix de création littéraire ouvert à tout.e étudiant.e inscrit.e à l'Université Paris Nanterre. Il récompense une nouvelle de 4 pages ou moins, rédigée en langue anglaise. Cette année, le thème est "CREATURES" et le jury est présidé par l'écrivaine Lise Charles.

Toute soumission peut être envoyée, en indiquant votre nom et numéro d'étudiant, à mansfieldprize@gmail.com entre le 1er et le 15 janvier 2020. Les nouvelles seront ensuite anonymisées et envoyées au membres du jury.

À gagner : livres, cours d'écriture créative, pass au Festival America 2020

Avec le soutien de la Bibliothèque Universitaire de Nanterre, du Festival America et des Mots, école d'écriture créative.


Mis à jour le 11 décembre 2019